Fiche du chercheur

Ruth Ndjaboue

Ruth Ndjaboue, professeur-chercheur

Autonomisation

Centre de recherche sur le vieillissement, autonomisation

Département de psychologie, Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Sherbrooke

Coordonnées
Téléphone | 819 821 8000
Courriel | Ruth.ndjaboue@USherbrooke.ca



Chaire de recherche du Canada en inclusivité et vieillissement actif

La Chaire de recherche du Canada en inclusivité et vieillissement actif a 3 objectifs spécifiques :

  • Décrire les relations entre les facteurs psychosociaux au travail, la santé et le maintien/retour en emploi des personnes vieillissantes.
  • Décrire les relations entre les facteurs psychosociaux de différentes sphères de vie, la santé et le vieillissement actif.
  • Faciliter l’inclusivité dans l’application des connaissances sur le vieillissement actif, notamment au moyen de la technologie.

En lien avec ces 3 sous-objectifs, les retombées de ce projet permettront de :

  • Identifier précisément les facteurs psychosociaux et de santé qui impactent le vieillissement actif des personnes en emploi durant la vie « active » et à la retraite.
  • Comprendre les relations entre les facteurs psychosociaux des différentes sphères de vie et leur effet chez les personnes vieillissantes avec une approche interdisciplinaire et inclusive dans la recherche et l’application des connaissances.
  • Contribuer à l’offre de services personnalisés et d’enseignement à distance en travail social gérontologique d’une manière qui facilite l’inclusivité des personnes autrement marginalisées.

Formation

  • 2017-2021 : Postdoctorat – Université Laval. Centre de Recherche VITAM en santé durable.
  • 2010-2016 : Épidémiologie (PhD) – Université Laval. Centre de Recherche du CHU de Québec.
  • 2006-2007 : Santé publique (M.Sc) – École de Santé Publique, Université Libre de Bruxelles. 2004-2006 : Psychologie (M.A) – Université de Yaoundé
  • 2001-2004 : Psychologie (B.A) – Université de Yaoundé

Champs d'expertise

  • Dre Ruth Ndjaboue a des expertises théoriques et empiriques multidisciplinaires. Relevant de l’épidémiologie sociale, ses compétences portent sur les facteurs psychosociaux, les maladies chroniques et les méthodes de recherche variées.

Importance de la recherche

Chaire de recherche du Canada en inclusivité et vieillissement actif

La proportion des personnes âgées augmente rapidement dans nos sociétés, et il est important de les aider à rester le plus longtemps possible les acteurs de leur propre vie. L’objectif général de la Chaire de recherche du Canada en inclusivité et vieillissement actif est de comprendre et de faire comprendre les relations complexes entre les principaux facteurs associés au vieillissement actif: les facteurs psychosociaux de différentes sphères de vie et les facteurs de santé. L’inclusivité permettra de tenir compte des personnes vieillissantes qui pourraient autrement être exclues ou marginalisées, telles que celles issues de groupes minoritaires ou défavorisés.

L’inclusivité permettra de tenir compte des personnes vieillissantes qui pourraient autrement être exclues ou marginalisées, telles que celles issues de groupes minoritaires ou défavorisés.

Réalisations représentatives

  • Les travaux en recherche de Dre Ruth Ndjaboue sont foncièrement interdisciplinaires, voire intersectoriels, et constituent des avancées théoriques et empiriques ainsi que des innovations en transfert des connaissances. Relevant de l’épidémiologie sociale, les contributions de la candidate portent sur les populations vulnérables et ciblent la relation entre les facteurs psychosociaux et la santé mentale et physique. À l’aide de méthodes de recherche variées empruntant aux domaines des sciences sociales et de la santé, ses travaux mettent en lumière la complexité des problèmes de santé et la multiplicité des facteurs qui interviennent dans la santé mentale et physique, que ce soit l’âge, le genre, le statut socioéconomique ou l’origine culturelle. Ses recherches doctorales ont porté sur une population d’adultes en emploi, tandis que ses recherches postdoctorales ont porté sur des personnes vivant avec une maladie chronique d’âges variés. Elle collabore actuellement à quatre projets de recherche basés sur une cohorte de 6 000 personnes vieillissantes en emploi ou retraitées. En 2019, elle a reçu l’invitation de la prestigieuse revue scientifique The Lancet à titre d’experte. Précisément, elle a été invitée à la rencontre à huis clos par l’éditrice de The Lancet pour le lancement officiel du numéro « Advancing women in science, medicine, and global health ». La rencontre qui s’est tenue à Londres le 8 février 2019 rassemblait les chefs de file de la recherche en santé et services sociaux venant des quatre coins du monde. Dre Ndjaboue a participé à une révision de projets soumis à l’Organisation mondiale de la santé en qualité de consultante externe. Les projets évalués provenaient majoritairement des pays de l’Afrique et de l’Amérique du Sud. Ces projets ont été soumis dans le cadre du concours RAISE financé par l’Alliance pour les politiques de santé et les systèmes de recherche. Elle a également participé à un projet dans le cadre du programme d'amélioration de la santé des mères et des enfants - phase 2 (PASME 2) au Burkina Faso qui se trouvait en difficulté faute d’expert en épidémiologie ayant des compétences dans ce domaine. Cette activité de transfert de connaissances a permis de développer une formation portant sur l’Approche centrée sur la personne (ACP) destinée aux professionnels de la santé du Burkina Faso. La suite du projet vise à convertir la formation en présentiel en une formation accessible à distance, à organiser une validation des contenus avec le ministère de la santé du Burkina Faso et à développer une plateforme collaborative permettant le maintien des compétences des apprenant(e)s, des domaines pour lesquels l’expertise de la candidate est de plus en plus reconnue internationalement. Dre Ndjaboue a été impliquée dans le mentorat de huit étudiant-e-s entre 2015 et 2020 (2 Ph. D. en épidémiologie en cours, 1 Ph. D. en santé publique en cours, 1 Ph. D. en santé numérique en cours, 2 M. Sc. en épidémiologie complété, 1 M. Sc. en épidémiologie en cours, 1 M. Sc. en santé publique complété). Le mentorat que Dre Ndjaboue joue auprès de ces étudiant-e-s inclut la rédaction et la révision de documents scientifiques, la préparation des demandes de bourses, etc. Dre Ndjaboue a aussi encadré 11 étudiant-e-s de premier cycle en médecine, psychologie, sciences biomédicales et épidémiologie, ainsi que 3 étudiant-e-s du Cégep qui travaillent comme assistant-e-s de recherche pour des projets qu’elle supervise dans le cadre de son post-doctorat. Dre Ndjaboue offre un mentorat informel aux étudiant-e-s et aux pairs faisant face aux défis de l’intégration et de l’inclusion dans le milieu universitaire, afin de discuter de leurs expériences de gestion, des solutions possibles et des ressources disponibles. Elle offre aussi du mentorat informel aux utilisateurs de connaissances engagés dans la formation académique.

Sites web

Partager