Une étude pour soutenir la prise sécuritaire de médicaments

Thursday 15 September 2022 |

Benoît Cossette a réalisé une étude pour aider les aînés à prendre leurs médicaments de façon sécuritaire à la sortie de l’hôpital.



Un suivi efficace du patient

À sa sortie de l’hôpital, le patient a beaucoup d’informations à retenir sur les médicaments qu’il doit prendre. Cette information peut être complexe à capter pour les personnes âgées qui prennent plusieurs médicaments.

 « Pour les aider, notre équipe de recherche a développé un plan de soins pharmaceutiques complété par le pharmacien en collaboration avec le médecin. Quand le patient quitte l’hôpital, ce plan est transmis au pharmacien communautaire, au groupe de médecine de famille (GMF) et à l’équipe de soins à domicile qui s’occupe de l’usager, explique Benoît Cossette. Cela permet d’améliorer le partage d’information. »

Des résultats concrets

160 personnes habitant à Sherbrooke, Magog et Saint-Hyacinthe ont participé au projet de recherche de Benoît Cossette. Dans le cadre de celui-ci, les pharmaciens appelaient les patients dans un délai de 3 à 7 jours suivants le congé. Le suivi des patients s'est déroulé sur une période de trois ou quatre mois, à raison de 30 à 40 minutes par rencontre. 

Lors de ces rencontres, les pharmaciens s’assuraient que les patients comprenaient bien comment prendre leurs médicaments. Si des ajustements dans la médication étaient nécessaires, l’information était partagée avec tous les intervenants impliqués dans le suivi du patient.

Les aînés ont souligné que la démarche avec le pharmacien leur a permis de mieux connaître et de mieux comprendre les pour et les contre de leur médication, de même que les ajustements prescrits. D’une écoute exemplaire, une pharmacienne a contribué, par ses démarches auprès du médecin de famille, à remplacer un médicament pour un autre mieux adapté et plus efficace pour un des patients. Le projet de recherche se poursuit maintenant à Montmagny avec les équipes du CISSS de Chaudière-Appalaches. Les chercheurs et cliniciens évalueront les meilleures façons d’implanter cette approche auprès des patients ayant des troubles cognitifs.

« Les suivis sont constants et ma pharmacienne connaît bien mon état de santé. Elle offre un meilleur suivi et c’est très rassurant. » - Une patiente habitant Magog



Share